ESPACE MUSÉAL et patrimonial
des Petites Franciscaines de Marie
L’accueil : l ’âme de notre histoire !

Fondation

Contrairement à la majorité des congrégations religieuses, les Petites Franciscaines de Marie n’ont pas une ou deux fondatrices mais ONZE. Ces femmes regroupées dans un projet commun de dévotion et de don de soi ont rencontré et surmonté plusieurs embûches dans leur désir de fonder une nouvelle congrégation.

Les fondatrices

Mère Marie-Joseph (Marie-Louise Rondeau) 1870-1922
Mère Marie-Anne-de-Jésus (Marie Bibeau) 1865-1924
Mère Marie-Dominique (Lumina Bolduc) 1870-1952
Mère Marie-Thérèse-de-Jésus (Elzire Roy) 1871-1898
Mère Marie-Alexis (Cordélie Robillard) 1846-1939
Mère Marie-Zotique (Étudienne Blais) 1858-1930
Mère Alphonse-Marie-de-Liguori (Albertine Riopel) 1872-1936
Mère Marie-des-Sept-Douleurs (Emma Decelles) 1860-1937
Mère Marie-Égide-d’Assise (Rosanna Marcil) 1862-1949
Mère Marie-Frédéric (Zélie Perron) 1852-1939
Mère Marie-de-Bon-Secours (Agnès Perron) 1856-1892



Dates et événements d’importance

1889

  • À Worcester au Massachusetts, Marie-Louise Rondeau et d’autres femmes sont réunies afin de prendre soin d’orphelins et de quelques personnes âgées. D’autres Tertiaires franciscaines les rejoignent dans leur dévouement.

  • À Baie-Saint-Paul, le curé Ambroise-Martial Fafard achète une propriété et y installe un hospice pour personnes âgées.

1890

  • Suite à une requête du groupe de Tertiaires de Worcester, Monseigneur Patrick Thomas O’Reilly exprime son refus à ce qu’elles forment une communauté religieuse.

1891

  • À Worcester, quinze des 17 Tertiaires quittent l’orphelinat et déménagent dans la Maison de misère. L’évêque O’Reilly leur ordonne de se dévêtir de leurs habits religieux.

  • Quelques semaines plus tard, la Vierge secourable transmet à Agnès Perron ce message « Marchez, mes petites sœurs, vous réussirez ! »

  • En novembre, sur l’invitation du curé Fafard, quatre Tertiaires arrivent à Baie-Saint-Paul pour l’aider dans son Hospice Sainte-Anne qui, alors, héberge aussi des personnes déficientes.

1892

  • Premières professions religieuses, le nom de Petites Franciscaines de Marie est adopté.

1893

  • Monseigneur Michel-Thomas Labrecque, évêque de Chicoutimi dont relève la paroisse de Baie-Saint-Paul, évalue le projet de Constitution des Petites Franciscaines de Marie et approuve la congrégation.

1896

  • Un premier groupe prononce leurs vœux et promet d’observer les Constitutions de la Congrégation; elles sont officiellement reconnues comme religieuses.

1898

  • Le curé Fafard élabore le projet de construire une chapelle dédiée au Sacré Cœur et une maison mère pour la nouvelle congrégation. Il décède l’année suivante.

1900

  • Sous la direction de la supérieure générale, Mère Marie-Anne-de-Jésus, débute la construction de la chapelle et de la maison mère.

1902

  • Les Constitutions des Petites Fransciscaines de Marie sont révisées d’après le droit canonique et la Règle séraphique par le Père franciscain Berchmans-Marie Mangin. Elles sont approuvées par Monseigneur Labrecque.

  • Le Père Berchmans-Marie Mangin rédige alors le Directoire de politesse et de perfection, le Coutumier, le Manuel des prières ainsi qu’un questionnaire pour l’admission des postulantes. Il retouche le blason de la congrégation et crée également le sceau officiel ainsi que le chant Rappelle-toi.

1904

  • La chapelle est bénie par le prélat domestique et vicaire général du diocèse de Chicoutimi et la maison mère est placée sous le patronage de l’Immaculée Conception.

  • Affiliation à l’Ordre séraphique (Franciscain) et signature à Rome de la reconnaissance de la Congrégation des Petites Franciscaines de Marie.